Intégration dans le site

Cette parcelle parisienne est soumise à un coefficient d’occupation des sols de 3. L’élaboration du projet s’est axée, non pas sur un remplissage maximum de la parcelle mais sur une relation harmonieuse entre le bâtiment et le reste du tissu urbain. C’est ainsi qu’au fond de la parcelle la construction d’un bâtiment de faible hauteur (R+1) contribue à la respiration du cœur de l’îlot. La hauteur R+5+terrasse du bâtiment à construire (du côté de la place) constitue une barrière acoustique qui évite à la cour l’effet actuel de caisse de résonance et protège les riverains des bruits causés par la circulation (voir schémas ci-dessous).

Le traitement de la végétation dans le volume du bâtiment constitue une valeur ajoutée pour la qualité environnementale du projet. L’aménagement de la parcelle de façon à consacrer une vaste surface  du sol en pleine terre permet de planter de beaux arbres (charmes) et permet d’éviter l’imperméabilisation du site. Le bâtiment est conçu de façon à prolonger l’ambiance végétale de la place par la construction d’une serre au premier plan. L’aménagement paysager  du bâtiment et ses alentours se fera via la végétalisation des murs pignons de la cour et de la serre. Dans cette dernière, les plantes seront choisies en fonction de leur capacité à réguler l’hygrométrie et assainir l’atmosphère de la serre : caoutchouc, lierre, chlorophytum, dracaena, schefflera, spathiphyllum, ficus benjamina. L’eau de pluie est récupérée pour l’arrosage automatique de ces murs.